Comment créer un conseil d’administration ? Les réponses avec Goudsmit Tang Management

Comment créer un conseil d’administration ?

Vous avez pour mission de mettre en place le conseil d’administration de votre société ? Pour atteindre votre objectif, vous devez être en mesure de réunir des professionnels disposant de compétences et d’expertises diversifiées. Des profils issus de réseaux différents vous seront indispensables pour garantir le bon fonctionnement ainsi que l’épanouissement de votre entreprise, explique Goudsmit & Tang Management.

Goudsmit & Tang Management : conseil d’administration, quelles utilités ?

Goudsmit & Tang Management Company
Management Company

À mesure qu’elle se développe, une entreprise sera généralement amenée à mettre en place un conseil d’administration pour veiller à sa bonne marche. Cette instance aura de nombreuses responsabilités au sein de la société :

  • approbation du budget annuel de l’entreprise;
  • approbation de la stratégie financière;
  • validation des transactions importantes en tenant compte des avantages, des inconvénients et des risques pour chaque opération;
  • évaluation de la performance de l’entreprise et établissement d’un plan de redressement si nécessaire, etc.

Toutes les décisions et orientations stratégiques de l’entreprise devront donc passer par l’approbation des membres du CA. À noter toutefois que la mise en place de cette instance ne concerne que les sociétés anonymes (SA), les sociétés par actions simplifiées (SAS) ainsi que certaines associations et établissements publics.

Comment nommer les membres du conseil d’administration ?

Le conseil d’administration doit compter entre 3 membres au minimum et 18 au maximum. C’est à l’assemblée des actionnaires d’élire ses administrateurs pour un mandat maximum de 6 ans.

Le choix des profils qui vont composer cette instance devra se faire en tenant compte des objectifs de développement de l’entreprise. Les administrateurs doivent en effet, grâce à leurs compétences dans un domaine particulier, vous aidez à faire proliférer votre entreprise, avance Goudsmit Tang Managment Company dont le siège se trouve au Luxembourg.

Les conditions requises pour siéger au conseil d’administration d’une entreprise

Goudsmit & Tang Management Company
Tang Management Company

Les salariés d’une entreprise ne peuvent pas siéger au conseil d’administration de cette dernière. Les administrateurs doivent aussi normalement être soumis à une limite d’âge déterminée par les statuts qui régissent cette instance.

Si autrefois, seuls les actionnaires de la société pouvaient intégrer son conseil d’administration, ce n’est désormais plus le cas, à moins que cela ne soit imposé par les statuts de l’instance.

Les profils types d’un conseil d’administration

Il est important d’intégrer des profils variés au sein de cette instance stratégique. Cela permet de tirer profit de leurs expertises pour faire évoluer rapidement l’entreprise, analyse Goudsmit & Tang Managment Company.

Votre conseil d’administration devra donc normalement compter des experts en comptabilité, en gestion, en droit, en finances, en management, en marketing, etc. En plus des administrateurs, l’instance se compose également d’un président-directeur général, d’un Directeur général, de directeurs délégués ainsi que d’un secrétaire.

On peut trouver les profils adéquats pour occuper ces postes parmi les experts financiers, les spécialistes en gestion et management, etc. Les administrateurs peuvent être des personnes physiques ou morales. Dans ce dernier cas, un mandataire se charge de les représenter.

Comment sont rémunérés les membres du conseil d’administration ?

En ce qui concerne leur rémunération, les administrateurs du conseil d’administration perçoivent ce que l’on appelle des jetons de présence. Le montant total des rétributions par les jetons est fixé par les actionnaires de l’entreprise durant une Assemblée générale ordinaire. Il sera ensuite réparti entre tous les membres de l’organe.

Toutefois, pour obtenir ce jeton de présence, il est indispensable d’être actif. Cette forme de rémunération, via le système des jetons de présence, est imposable. Les personnes morales seront soumises à l’impôt sur les sociétés, tandis que les personnes physiques paieront un impôt sur le revenu.*

Galerie d’images de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.